15/07/2015

C'est dingue

Je suis dans ma chambre
dans mon petit lit à une place,
la chambre au papier peint à fleur

Le silence de la nuit

En bas, je les entends vaquer
ranger
parler à voix basse

le bruit de la vaisselle que l'on range,
des verres qui s'entrechoquent
d'une chaise que l'on replace

Puis les ablutions du soir
le robinet que l'on ouvre,
l'eau qui coule, les gargarismes,
l'eau des dents que l'on recrache en faisant "Pfffeuh".

A quoi je pense
Peut-être à rien

Peut-être à ce temps qui passe si lentement
A cette vie qui demeure fermée,
inconnue, mystérieuse

Je pense à comment on devient quelque chose
comment on fait les choses
comment on rencontre les gens

Des pas dans l'escalier
ils vont se coucher

J'entends le drap qui s'ouvre
le corps qui prend sa position sur le matelas
encore quelques murmures
un interrupteur qui s'éteint,
et puis rien

Le silence
La nuit

Demain, c'est l'école,
je rentrerai à onze et demie
maman aura fait à manger
papa va rentrer de son travail vers midi, en vélo

Parfois il est en retard
je n'aime pas quand il est en retard
j'ai peur qu'il lui soit arrivé un accident

Quand je dis ça à ma mère,
elle me répond tranquillement "oh non".

Elle n'a pas l'air de se rendre compte que si,
on peut très bien avoir un accident
on peut très bien mourir un jour
elle n'a pas l'air de se rendre compte
que ces choses-là arrivent,
même à papa,
même à nous.

Je pense aussi dans mon lit,
à comment on fait l'amour
à comment c'est, tout ça

Encore une chose lointaine et floue,
imprécise

Le temps passe lentement

Et puis un jour, ça y est, on y est
dans le lit, dans les draps,

on a un corps dans le sien, bien emboité
on ouvre grand les yeux
ça y est, on y est

c'est dingue.

















Aucun commentaire: