20/05/2015

Free Wheeling

Quand c'est cassé, c'est cassé
ça  ne se répare pas

On peut rafistoler, bricoler un truc,
faire l'arrangement
mais quand c'est cassé, c'est cassé.

L'autre devient un étranger, un hostile,
on pense qu'il nous veut du mal
qu'il veut nous éloigner, nous punir de nous-même

quand c'est cassé, ça fait mal
et peut-être qu'on ne veut pas dé-casser pour entretenir la plaie

peut-être que rester dans le cassé
c'est quand même continuer l'histoire
une histoire cassée

Quand c'est cassé, ce n'est pas de l'indifférence
c'est la perte.

J'apprends avec le temps, le phénomène de la perte.

La perte de l'enfant qui devient grand et s'en va vivre sa vie
et avec lui,
la perte de l'emploi du temps, des horaires à tenir,
des repas à préparer,
tout ce carcan qui parfois pèse, mais qui nous tient debout.

La perte vient quand l'enfant sort du carcan
du giron, sort du temps partagé
c'est normal,
mais c'est violent,  petit à petit

La perte de l'animal doux et chaud
le poil qu'on aime respirer
les oreilles qui se dressent, l'oeil intelligent du chien
le corps affectueux.

La perte de l'ami(e)
l'incompréhension sourde, l'énervement de l'autre
de lui reprocher ce qu'il est
ses manquements et même ses qualités.

C'est comme si des années partaient à la poubelle,
comme si on s'était trompé dès le début
ça rend malade

La perte de ses parents
la perte de son emploi
la perte de la croyance des autres en nous

la perte de sa jeunesse
de ce regard vif sur la vie, le monde
la perte de croire que tout va aller

(non, on sait que tout ne va pas aller
on sait que c'est foutu quelque part, que la pourriture est en marche)

La perte d'une maison où on aimait aller en vacances
retrouver le lieu,
retrouver la vieille paire de ballerines laissée au fond d'un placard
retrouver sa plage  préférée, son snack préféré qui domine la mer, sur un promontoire
même retrouver avec agacement la fuite du robinet de la douche,
la machine à laver qui fait un bruit d'enfer
l'évier trop bas qui fait mal au dos quand on fait la vaisselle

C'est fini, c'est perdu.
La maison a été vendue
on n'a pas pu l'acheter
voilà
tant pis
fallait être plus riche, mieux réussir,
être plus malin
fallait être quelqu'un d'autre.

Peut-être qu'on aura une autre maison
qu'on se fera d'autres amis
qu'on aura un autre animal

mais ce qui est perdu est perdu
et ce qui est cassé est cassé,

ça ne se répare pas.











1 commentaire:

Magali Pagniez a dit…

J'aime beaucoup ce texte qui me parle. Jil j'ai toujours aimé ta sensibilité et ta simplicité, tes textes font résonnance en moi, merci !
Magali
http://magali36.webnode.fr