13/06/2012

Comme un train

Parce que les mots....
les mots me manquent.

Je parle peu ou trop, je ne comprends pas toujours ce que j'entends,je m'interroge.

Toujours cette même question qui revient, depuis combien de temps déjà qu'elle revient comme ça,
comme un derviche
une toupie
une flèche
une angoisse dans la nuit

Depuis combien de temps
depuis trop longtemps

Question d'existence, de place,de profondeur de lame

Où se mettre
où se coucher, faire son lit, son trou
où aller ensuite pour oublier tout ça
la vie, la nôtre, la mienne
qui passe aussi rapide qu'un train
qui passe,
et qui nous roule sur le corps

3 commentaires:

alexandra a dit…

Merci Valentine et à bientôt...

Le Targa dominique a dit…

Je lis ce recueil comme une friandise, pas tout d'un coup ! non un petit peu a la fois pour me détendre entre deux prises de tête (ou de son).

Me plonger dans l'univers d'une autre personne, découvrir son cheminement, ses expériences ...

ah! je dois repartir en studio, jusqu’à la prochaine prose.

Vincent a dit…

J'aime beaucoup ce que vous écrivez ici. j'espère que vous continuerez, si oui, je viendrais faire d'autres escales :-)